L’association L214 a filmé en caméra cachée l’intérieur d’un centre de recherche dans le département dans la Sarthe provoquant une importante vague d’indignation.

vaches à hublot - actu

© Azaliya (Elya Vatel) – Adobe Stock

Le choc

La dernière vidéo de l’association L214 a fait son petit effet. Dans une enquête présentée par l’animateur-producteur Nagui, on peut y voir au cœur de la station expérimentale de Sourches, appartenant au groupe agro-industriel Avril, des vaches perforées à l’estomac d’un trou de 15cm de diamètre dans le but d’étudier leur digestion. Des employés filmés alors qu’ils ouvrent et ferment des hublots directement implantés dans l’estomac des vaches. « On a percé un trou dans leur estomac pour pouvoir accéder directement à son contenu, explique alors dans le reportage le présentateur Nagui. Régulièrement, des employés viennent ouvrir le hublot pour y déposer des échantillons d’aliments ou faire des prélèvements ». Des images qui demandent d’avoir le cœur bien accroché.

Vaches hublot - Actu - L214

© yadamons – Adobe Stock

Situé sur la commune de Saint-Symphorien, le centre de recherche qui permet de tester et d’élaborer les aliments de la marque Sanders a donc subit l’effroi de nombreux internautes et de l’association L214 qui a lancé une pétition contre cette pratique. En effet, L214 dénonce des vaches « contraintes de vivre enfermées dans un bâtiment au sol bétonné, sans paille, à même leurs propres déjections ».

Tout aussi choqué, Nagui, l’animateur phare du groupe France Télévision, a appelé à la mobilisation en dénonçant les pratiques de l’entreprise, les conditions de vie des animaux au sein du centre et en appelant les citoyens à signer une pétition pour interdire la pratique des vaches « à hublot ». Le présentateur parle même de « poulet tellement obèses qu’ils n’arrivent plus à se déplacer ».

Âmes sensibles s’abstenir !

L’après enquête

Suite à ces nouvelles révélations signées L214, l’entreprise concernée « déplore une nouvelle fois la manipulation d’images montées, tournées de nuit à des fins sensationnalistes » en affirmant utiliser ce procédé sur 6 vaches, afin d’« améliorer la santé digestive de millions d’animaux, de réduire les émissions de nitrates et de méthane liées à l’élevage » en assurant que le « procédé est encadré par la réglementation et faire l’objet d’une autorisation du ministère en charge de la Recherche ». Une action qui ne date pas d’hier, puisque la mise en place d’une telle pratique a été mentionnée médiatiquement sur l’ORTF en 1970 ! Car il faut le savoir, la première vache à hublot date de 1854. De son côté, l’institut national de recherche agronomique (INRA) a déclaré à l’AFP (Agence France Presse) utiliser ce système sur une trentaine de vaches en France tout en étant à la recherche d’alternatives.

De plus, l’industriel se défend en affirmant que cette pratique a permis « de réduire l’usage d’antibiotiques en élevage et de réduire les émissions de nitrates et de méthane liées à l’élevage ». En effet, cela permet d’effectuer des expériences scientifiques in vivo et de sauver la vie de leur congénère.

Un argument irrecevable pour Sébastien Arcac, cofondateur de L214, qui affirme que tout est fait pour rendre ces animaux « considérés comme des machines à lait », plus productifs. « Ces recherches ont aussi des conséquences sur l’ensemble des animaux d’élevage qui se verront appliquer le même régime alimentaire, à l’origine de nombreux problèmes de santé. ».

vaches hublot Association L214

© goodluz – Adobe Stock

En plus de la publication de ces images et de l’appel à la mobilisation, l’association de défense des animaux a porté plainte contre Avril. L’avocate de L214, Héléne Thouy, s’est exprimé en expliquant que « Le code rural prévoit que l’expérimentation animale n’est licite qu’en cas de stricte nécessité. Rendre des vaches laitières plus productives ne nous semble pas relever de cette catégorie ». A savoir, que le délit d’expérimentation illicite est passible de deux ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amende.

+

Pour en savoir plus sur le mouvement « Stop aux vaches à hublot », rendez-vous sur le site de l’association L214.

Votre 1er cours offert

smiley
RÉUSSITE
97%
de réussite à
l’évaluation des
connaissances
*

Formateurs soins animaliers
SUIVI
Nos formateurs
vous guident
tout au long de votre formation

flexibilite
FLEXIBILITE
• Avec ou sans BAC
• Inscription toute l’année
• Formations à votre rythme
où que vous soyez

OPQF
QUALITE
La qualification OPQF
porte uniquement sur
les activités FPC définies
par le Code du travail