Bonne nouvelle pour les cerfs, chevreuils, sangliers, renards et lièvres ! Une proposition de loi a été déposée par des sénateurs pour interdire la chasse à courre en France…

Une proposition de loi contre la chasse à courre

Début novembre 2017, 14 sénateurs ont entamé un processus législatif destiné à mettre fin à la chasse à courre, à cor et à cri dans notre pays, comme l’ont déjà fait la Belgique, la Grande-Bretagne et l’Allemagne.

Cette proposition de loi, menée notamment par Laurence Rossignol, ancienne ministre de l’Enfance, des Familles et des Droits des femmes, va devoir suivre un long parcours avant de (peut-être) entrer dans la législation, la date du 1er juin 2018 étant évoquée pour l’interdiction de cette pratique.

Relancée par un fait divers récent – un cerf a été achevé par des veneurs dans le jardin d’une habitation devant un public scandalisé – et portée par une pétition de la Fondation 30 Millions d’Amis qui a reçu plus de 100 000 signatures, cette proposition de loi va-t-elle permettre de mettre fin à un « loisir sportif » considéré comme cruel et obsolète par 87% des Français* ?

Chiens de meute et chevaux de courre

En 2016, la chasse à courre en France, c’est 387 équipages, 30 000 chiens et 7 000 chevaux pour 18 000 journées de chasse (entre le 15 septembre et le 31 mars). Cela représente environ 4 700 animaux abattus, nombre maximum autorisé par la loi.

Le nombre de participants est en augmentation du fait de l’afflux de veneurs étrangers, la chasse à courre ayant été abolie dans presque toute l’Europe ou n’étant tout simplement pas d’usage.

En cas d’interdiction de cette pratique, la proposition de loi des sénateurs évoque le sort des chiens et des chevaux utilisés dans la chasse à courre : une préoccupation particulière devra leur être accordée afin d’éviter que l’abandon ou l’euthanasie ne soit leur unique devenir.

Le Sénat pour la défense des animaux

La proposition de loi des sénateurs a réjoui l’ensemble des partisans des droits des animaux, dont les soigneurs animaliers qui s’occupent de la faune sauvage locale dans les réserves naturelles et les centres de soins.

Pourtant, plusieurs propositions de loi identiques ont échoué dans le passé. La dernière en date, en 2013, avait été enregistrée à l’Assemblée Nationale par des députés EELV, dont Barbara Pompili, actuelle présidente de la commission du Développement durable et de l’Aménagement du territoire. Cette proposition de loi n’a par la suite jamais été examinée…

Le projet d’interdire la chasse à courre revient ainsi de manière renforcée, cette fois portée par les sénateurs, qui sont les représentants des citoyens français. Espérons que la législation française tiendra enfin compte de l’opinion publique en matière de protection animale.

* Sondage Ifop réalisé les 21 et 22 novembre 2017.

Votre 1er cours offert
Cliquez ici pour ajouter une autre formation

une question ?

contactez nous :

web call back

Rappel immédiat et gratuit !

Besoin d'un conseil ? Nous vous appelons !*

Inscrivez votre numéro de téléphone
et cliquez sur valider.

Téléphone :




* Sauf week-end et jours fériés

smiley
RÉUSSITE
92%
de réussite à
l’évaluation des
connaissances
*

Formateurs soins animaliers
SUIVI
Nos formateurs
vous guident
tout au long de votre formation

flexibilite
FLEXIBILITE
• Avec ou sans BAC
• Inscription toute l’année
• Formations à votre rythme
où que vous soyez

OPQF
QUALITE
La qualification OPQF
porte uniquement sur
les activités FPC définies
par le Code du travail