C’est un acte fort. En ce début de mois d’avril, la SPA a demandé aux députés et sénateurs l’interdiction pure et simple de la tauromachie en France en leur envoyant un courrier et en lançant une pétition pour la fin de cette « tradition qui repose sur des pratiques barbares ». Le code pénal français réprime les actes de cruauté envers les animaux, mais la corrida fait toujours exception. Détails.

©fresnel6 – Adobe Stock

Indignation 2.0

La SPA a frappé un grand coup. Une vidéo choc de sensibilisation, un courrier envoyé aux parlementaires, une pétition en ligne et un site internet. La Société Protectrice des Animaux (SPA) a décidé de prendre le taureau par les cornes et d’en finir avec l’éternel débat qui entoure l’activité de la corrida depuis plusieurs années en France. Pour l’association, pas de doute, il faut interdire au plus vite la tauromachie sur le territoire français. L’objectif est assumé, celui d’obtenir des députés et des sénateurs la fin de l’exception pénale qui autorise l’activité, au nom d’« une tradition locale ininterrompue ». L’excuse de coutume ne tient plus.

La SPA plaide également l’« urgence » face à cette loi incohérente. Comme le montre la vidéo mise en ligne par l’association, la maltraitance d’un chien est illégale, punie d’une amende de 30.000 euros et de deux ans de prison, celle d’un taureau légale. La pétition de la SPA a atteint plus de 50.000 signataires en une semaine.

Des personnalités en soutien

Choquées par les images de corrida de plus en plus violentes qui circulent sur la toile, de nombreuses célébrités ont décidées de suivre le mouvement orchestré par la SPA et de dénoncer la pratique en partageant la pétition de l’association mais aussi celle de la Fondation 30 Millions d’Amis lancée fin 2018 et qui a déjà réuni plus de 300.000 signatures.

Laurent Baffie, Renaud, Nolwenn Leroy, Catherine Lara, Elie Semoun, Vincent Delerm, Serge Lama, Hélène Segara ou encore Renan Luce, tous sont engagés auprès de la Fédération des Luttes pour l’Abolition des Corridas (FLAC). Une idée largement partagée par les Français, qui selon un sondage de la Fondation 30 Millions d’Amis mené par l’Ifop en février 2018, sont 74% à réclamer l’interdiction de la corrida. Un résultat fort, en hausse de 8 points par rapport à 2010. L’humoriste montpelliérain Remi Gaillard, connu pour son engagement en faveur de la cause animale, en a d’ailleurs profité pour s’attaquer à sa façon à la corrida devant les arènes de Nîmes déguisé en taureau.

La battle des idées

Si la majorité des Français veut en finir avec la tauromachie, certains continuent encore de défendre cette pratique. C’est le cas du philosophe et professeur d’université, Francis Wolff. Dans les colonnes du Midi Libre, le professeur émérite à l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, se pose en première ligne de la défense de la corrida et en porte-parole des aficionados, fervents défenseurs d’une tradition séculaire, en déclarant qu’« interdire la corrida serait un assassinat ».

David Habib, député PS des Pyrénées-Atlantiques, est lui aussi favorable au maintien des corridas. Selon lui, c’est une « élite parisienne qui veut nous imposer un modèle de société qui ne correspond pas à la réalité de nos provinces. Dans le Sud-Ouest, nous avons une tradition tauromachique qui se manifeste à Bayonne, Dax, Orthez, qui fait la richesse de nos territoires. En même temps il y a une activité économique qui se développe. Dans une commune, c’est un moment marginal pendant trois, quatre jours. Je ne souhaiterais pas que cela disparaisse » a-t-il argumenté au micro d’Europe 1.

Du côté du monde politique français, le sujet reste toujours aussi épineux. Mais le grand débat national lancé par le président de la république Emmanuel Macron, pourrait obliger l’exécutif à s’y pencher sérieusement. Alors que le pouvoir d’achat est arrivé en tête dans les cahiers citoyens mis à disposition des français dans toutes les mairies du pays, les doléances se sont aussi largement portées sur le bien-être animal. Ce mercredi, François de Rugy, ministre d’Etat et de la transition écologique et solidaire, a d’ailleurs tenu à s’exprimer en vidéo sur les réseaux sociaux afin de faire connaître ses intentions d’agir et de faire progresser le bien-être des animaux dans l’Hexagone.

En France, environ 70 corridas sont organisées chaque année. L’activité est légalement autorisée depuis 1951 dans les départements du sud du pays ou elle représente une « tradition ininterrompue ».

Votre 1er cours offert

smiley
RÉUSSITE
97%
de réussite à
l’évaluation des
connaissances
*

Formateurs soins animaliers
SUIVI
Nos formateurs
vous guident
tout au long de votre formation

flexibilite
FLEXIBILITE
• Avec ou sans BAC
• Inscription toute l’année
• Formations à votre rythme
où que vous soyez

OPQF
QUALITE
La qualification OPQF
porte uniquement sur
les activités FPC définies
par le Code du travail