Annoncé depuis plusieurs années, l’ « Armageddon des insectes » devient de plus en plus réaliste. Selon une étude publiée par deux chercheurs australiens, la proportion des espèces d’insectes en déclin rapide dépasse les 41 %. Pire, un tiers des espèces sont tout simplement menacées d’extinction. Retour sur un constat amer.

Deux entomologistes reconnus des universités de Sydney et du Queensland ont compilé et synthétisé quelque soixante-dix études à long terme, menées par des scientifiques du monde entier, sur l’évolution des insectes. Les conclusions sont pour le moins terribles. Le cri d’alarme est tel que les chercheurs estiment que la plupart des insectes pourraient disparaitre de la planète terre d’ici un siècle. Une perte qui pourrait sévèrement perturber la vie humaine, pourtant première cause de cette menace d’extinction.

Malgré leur mauvaise réputation, les insectes sont des acteurs essentiels de la biodiversité ayant à leur actif, de très nombreux écosystèmes naturels. Leur disparition aurait des conséquences catastrophiques sur les autres espèces qui s’en nourrissent (amphibiens, reptiles, oiseaux…) mais aussi sur nos productions et régimes alimentaires. La conséquence de la raréfaction des insectes provoquerait un énorme chamboulement dans l’alimentation mondiale.

disparition des insectes dans 100 ans

© Kesipun – Adobe Stock

En effet, les fruits et les légumes doivent être pollinisés par les insectes, qui participent au fonctionnement de l’agriculture. Des centaines d’espèces de papillons, de libellules, de guêpes ou encore d’abeilles sauvages ont déjà disparu dans de nombreux pays à travers le monde.

L’exemple allemand

C’est un véritable cercle vicieux. Plus l’agriculture moderne utilise de pesticides pour améliorer ses rendements, plus elle fait disparaître les puissants mécanismes naturels de pollinisation par les insectes. Face à cette nouvelle menace majeure sur la biodiversité, l’impuissance des autorités publiques est tout aussi accablante. Le plan Ecophyto, adopté en 2008, dans le cadre du Grenelle de l’environnement, prévoyait de diviser par deux, en dix ans, l’usage de pesticides. Echec cuisant, à ce jour, dix ans plus tard, leur utilisation a augmenté de 22 %.

Chez notre voisin allemand, une pétition appelant à « sauver les abeilles » et à une agriculture plus respectueuse de la biodiversité à été signée par plus 1,75 million de Bavarois. De plus, l’Allemagne prépare une loi pour protéger les insectes, prévoyant de réduire l’usage de pesticides et de consacrer des fonds à la recherche sur le sujet.

François Lasserre, entomologiste, auteur et formateur IFSA a eu la gentillesse de répondre à nos questions sur la possible disparition des insectes.

Disparition des insectes

© Helmut Vogler – Adobe Stock

Retrouvez François Lasserre sur son site internet www.francois-lasserre.com et dans toutes les bonnes librairies.

Votre 1er cours offert

smiley
RÉUSSITE
97%
de réussite à
l’évaluation des
connaissances
*

Formateurs soins animaliers
SUIVI
Nos formateurs
vous guident
tout au long de votre formation

flexibilite
FLEXIBILITE
• Avec ou sans BAC
• Inscription toute l’année
• Formations à votre rythme
où que vous soyez

OPQF
QUALITE
La qualification OPQF
porte uniquement sur
les activités FPC définies
par le Code du travail