Préoccupation majeure des Français, la condition animale s’incruste de plus en plus dans les débats organisés aux quatre coins du pays. Reprochant au Président de la République de ne pas se soucier assez du bien-être des animaux, l’opinion publique gronde et se fait entendre.

condition animale grand débat national - IFSA

© Robru – Adobe Stock

Préoccupations

Dans un contexte social déjà bien perturbé, le sujet de la cause animale semble être une riche inquiétude pour les Français. Plus de trois personnes interrogées sur quatre manifestent leur mécontentement vis-à-vis du chef de l’Etat sur le sujet du bien-être animale. Selon un sondage de la Fondation 30 Millions d’Amis mené par l’Ifop*, plus de 55% des Français souhaitent que le thème de la condition animale soit davantage abordé lors du grand débat national organisé par le président Emmanuel Macron. Une enquête au résultat édifiant. Plusieurs associations n’ont d’ailleurs pas manqué de le relever, comme la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) qui a mis à disposition une proposition de contributions en faveur de la biodiversité.

*Etude menée pour la Fondation 30 Millions d’Amis par l’IFOP du 1er au 2 février 2019 auprès d’un échantillon de 1012 personnes. Représentativité de l’échantillon assurée par la méthode des quotas.

Des attentes & chiffres

Sur le sujet de la cause animale, les français formulent des attentes bien précises. 83% des Français sont favorables à la fin de l’élevage intensif. Selon les défenseurs des animaux, ce mode d’élevage concerne pas moins de 80% des bêtes d’abattoir. Pour éviter les souffrances liées au transport notamment, plus de 4 Français sur 5 souhaitent que les animaux d’élevage soient abattus sur place par des professionnels.

Sur les autres sujets, plus de 9 Français sur 10 se disent opposés au commerce de la fourrure. 69% d’entre eux excluent la chasse et 75% se prononcent pour l’interdiction de la chasse à courre (voir notre article « Chasse à courre : un décret gracie les animaux en zone habitée »).

Autre thème polémique, la corrida est de moins en moins populaire dans l’Hexagone, puisque 73% des sondés s’élèvent pour l’interdiction de la corrida en France. 67% d’entre eux souhaitent que l’on interdise la présence d’animaux sauvages dans les cirques et 64% pour l’interdiction des delphinariums.

Pour finir, 86% des Français sont favorables à l’interdiction totale de toute expérimentions animale. En 2016, plus de deux millions d’animaux ont été utilisés pour la science en France. La Fondation 30 Millions d’amis a mis en ligne une pétition afin d’inciter les états membres de l’Union Européenne de mettre fin aux tests sur les animaux. Elle rassemble déjà plus de 281.000 personnes.

Pour signer la pétition c’est par ici.

De son côté, l’association Stéphane Lamart – pour la défense du droit des animaux, a proposé au gouvernement d’Edouard Philippe de commencer le combat par la lutte contre l’abandon des animaux de compagnie. Parmi les mesures phares : l’interdiction d’acheter un animal de compagnie à crédit dans une animalerie ou dans un élevage ou encore l’instauration d’une réduction d’impôts pour la stérilisation des chats et des chiens sur le même modèle de la réduction d’impôts pour don à une association.

Du mouvement (enfin)

Certains députés ont entendu le message des Français. C’est le cas du député LREM Loïc Dombreval qui a organisé à Nice, une rencontre liée au grand débat, fédérant de multiples défenseurs de la cause des bêtes. Fabienne Roumet, elle-aussi, conseillère d’arrondissement déléguée à l’agriculture urbaine et à la biodiversité, membre du groupe Europe Ecologie Les Verts, a organisée un grand débat dans XIIIème arrondissement de Paris sur la condition animale. Un thème qui a inspiré, puisque la salle était pleine à craquer.

Hélas encore trop faible, ce genre d’initiative doit prendre de l’ampleur dans les prochaines semaines pour ainsi faire de la condition animale, un point essentiel du Grand débat national.

Votre 1er cours offert

smiley
RÉUSSITE
97%
de réussite à
l’évaluation des
connaissances
*

Formateurs soins animaliers
SUIVI
Nos formateurs
vous guident
tout au long de votre formation

flexibilite
FLEXIBILITE
• Avec ou sans BAC
• Inscription toute l’année
• Formations à votre rythme
où que vous soyez

OPQF
QUALITE
La qualification OPQF
porte uniquement sur
les activités FPC définies
par le Code du travail